Les ateliers litteraires "Mot à Mot" en quelques phrases

Ecrire en atelier avec une romancière c’est:

« Apprendre à mettre en écriture cette part de soi, réelle, imaginaire, personnelle, remisée, laissée en friche dans l’attente un jour, d’écrire pour transmettre. Mais pour écrire, il faut oser et surmonter parfois des interdits. C’est le rôle de la romancière de provoquer l’émergence de cet écrit qui sommeille en chacun de nous, et de l’accompagner vers le plus haut : la lecture. »

Depuis dix ans, Joëlle Guillais anime des ateliers littéraires en collaboration avec l'Université Paris 1 -Sorbonne, la Maison des écrivains, la Drac ainsi que des centres culturels. Elle intervient aussi en tant que formatrice en milieu professionnel à partir d’une méthode expérimentale qu’elle a conceptualisée afin de potentialiser les ressources de chacun et de favoriser la création professionnelle ainsi que la réinsertion professionnelle.

A quoi sert un atelier d’écriture :

- Susciter l’émergence du potentiel créatif avec des thèmes conçus et élaborés pour accompagner l’écriture vers la création littéraire.

- L’atelier devient « une chambre à soi » afin de se poser et de se déployer pour partager le plaisir de la diversité et de la découverte.

Des outils évolutifs :

- Les ateliers sont des lieux de formation, de convivialité et de production littéraire.

- Les « auteurs » apprennent à relire et retravailler leurs textes. En effet, la spécificité des Ateliers « Mot à Mot » est de proposer un retour sur les textes et un suivi de l’évolution de chaque « auteur » selon le rythme et le potentiel de chacun.

- Afin de réunir les conditions les plus favorables pour réussir ce travail de créativité et mener les auteurs d’ateliers vers ce qu’ils souhaitent, Joëlle Guillais est à l’écoute de chacun.

- Chaque semestre : L’atelier « Mot à Mot » organise une rencontre et les auteurs lisent leurs textes en public.

- L’un d’entre eux a donné lieu à la publication d’un roman collectif Les causeuses une aventure sociale et culturelle avec des femmes en banlieue. « Qui sont les causeuses d’Hérouville, ces prétentieuses inconscientes qui, dans l’inconfort de la cité, se racontent ? Il faut les voir écrire à mains nues et s’élever avec poésie et imaginaire vers la littérature… » Joëlle Guillais.

- Des projets éditoriaux s’élaborent : Amélie Grossmann-Etoh, étudiante et auteure de l’atelier Mot à Mot, vient de publier son premier roman écrit et travaillé avec Joelle Guillais. Cf Blog.

- Les ateliers « Mot à Mot » sont ouverts à d’autres créateurs. Régulièrement, Joëlle Guillais invite des photographes, des plasticiens qui découvrent la qualité des textes écrits à partir de leur travail.

Fonctionnement de l’atelier:

L’atelier se fait en deux temps, un temps pour écrire, un temps pour lire les écrits. Une séance dure environ trois heures, à raison de trois fois par mois. Retour sur textes et mise en voix publique.
Pour plus d’informations, appelez au : 06 81 14 57 42
Adresse email : guillaisj@yahoo.fr
Atelier « Mot à Mot » à Paris : Métro Motte Picquet-Grenelle ou Métro Avenue Emile Zola.

20 mai 2009

L'événement littéraire de mai aux ateliers mot à mot en collaboration avec le Pôle Simon Lefranc

Suite au travail effectué sur l'imaginaire et la littérature voici la mise en voix de textes courts dans la continuité des débats organisés par le Pôle Simon Lefranc autour de l'homosexualité et ses représentations.

24 avril 2009

L’atelier Mot à Mot a reçu Jean-Philippe Pernot

Le 21 et 22 avril, l'atelier Mot à Mot a reçu Jean Philippe Pernot, artiste photographe. Nous avons découvert un travail photographique d'un genre nouveau.



Les photos ont permis aux auteurs d'écrire des textes dans la proximité de son travail sur le regard, le temps, la ville.
L'échange a été particulièrement fructueux pour tous.
En mai, les textes et les photos seront exposés sur le site du photographe.

"Bonjour Joëlle,
Je souhaitais vous remercier pour vos talents, vos textes et votre créativité
Merci aussi à toi Joëlle qui a su impulser et produire ces rencontres.
Salutations d'un sud ensoleillé dont j'espère vous partagerez les rayons.
Jean-Philippe"

03 avril 2009

Le mois dernier l’atelier Mot à Mot à reçu Ayako Takeishi

Une fois par mois, avec la collaboration d'un photographe contemporain et en sa présence,les auteurs de l’atelier Mot à Mot écrivent...

J’ai rencontré l’œuvre d’Ayako Takaishi un soir à Paris. Paris expo, Paris vernissage. Un soir par hasard, j’ai croisé cette femme photographe. J’ai découvert un regard. Celui de l’éphémère instant accordé à la mémoire qui se tient au creux de nous et s’appelle nostalgie.





Une sensibilité proche de la retenue émane des paysages, des brumes, de la neige, de quelques oiseaux en hiver, d’une mer grise, saisis avec un minimalisme très japonais. Lentement, ces instants photographiés cheminent avec détachement et légèreté au cœur de chacun, là où l’émotion se love en nous, nous entraînant au plus près de notre intimité.
Impossible alors d’échapper à cette tension, invisible et discrète qui nous envahit et nous invite à l’écriture.

La photographie est probablement l’art le plus difficile à décrire, à écrire. Et pourtant, au silence argentique des photos, notre imaginaire s’est greffé à l’œuvre d’Ayako Takaishi. Voici les textes des auteurs de l’atelier Mot à Mot ont écrit dans une diversité que je vous propose de découvrir.

http://www.ayako-takaishi.com/index.html

10 février 2009

Les bonnes nouvelles de l’atelier Mot à Mot...

« Nos cœurs s’étaient filé rancard »

« Nos cœurs s’étaient filé rancard », le roman de Amélie Grossmann-Etoh vient de paraître aux Editions du Cygne.

Photobucket

« Nos cœurs s’étaient filé rancard » donne une voix à la jeune narratrice, dans sa quête d’elle-même et de son envol difficile vers l’autre, les autres. Un texte d’une grande modernité.

Pour bien plus d information http://www.editionsducygne.com/editions-du-cygne-nos-coeurs-rancard.html


Cette première publication est la récompense du travail effectué en atelier sur l’écriture avec les retours, les interventions sur les textes et ce, en respectant le rythme et le projet de chacun. La ténacité et le travail portent forcément vers la maîtrise de l’écrit. C’est aussi la preuve que l’écriture en atelier peut atteindre un jour ou l’autre la qualité que chacun recherche à
condition d’apprendre à relire, à retravailler autant de fois qu’il est nécessaire les textes que nous écrivons en atelier.

Vous pourrez découvrir bientôt d’autres textes sur le site de Ayako Takaishi, artiste photographe, qui nous a offert son travail comme support d’écriture.
http://www.ayako-takaishi.com/

Et prochainement nous publierons sur le site des textes d’atelier écrits par des auteurs afin de rendre hommage à leur travail.